Dynastie Gildas
Comm's nana ! Si ce message s'ouvre c'est que tu n'es pas connecter alors si tu fais partie de la famille, connecte toi ! N'oublie pas de regarder les nouveautés et poster le plus souvent possible ! Bonne lecture et come on's nana !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un Noël chez les Gildas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Gildas
Admin
avatar

Messages : 462
Date d'inscription : 22/08/2014
Age : 16
Localisation : Oasis Spring

Ton Sims
Traits de Caractères:
Parent de la génération précédente: Adrian Gildas

MessageSujet: Un Noël chez les Gildas   Sam 31 Déc 2016 - 14:28

UN NOËL CHEZ LES GILDAS

Un feu palpitait toujours dans la cheminée quand le coucou sonna 23 :30. Piétinants d’excitation, les petites Clémence et Emilie accablaient leurs parents de questions déjà répondues quelques minutes plus tôt : « Quand est-ce qu’il arrive ? » demanda Émilie. « Minuit. Clémence, pourquoi ne vas-tu pas jouer aux chevaux avec ta cousine en attendant ? » gémit Enrie. Les deux jeunes filles soupirèrent devant l’ignorance de celui-ci, affirmant qu’elles ne pourraient pas le voir de leur chambre. « Je vais aller coucher Holly, elle commence à s’endormir. » souffla Alice dans l’oreille de sa cousine, Emma. Sur ces mots, elle prit l’enfant dans ses bras et se dirigea vers les escaliers mais la fille de Lily lui tira le gilet. « Mais Holly ne pourra pas les voir si elle monte !. 
- Elle ne les verra pas non plus si elle dort de toute façon, tu sais… . Un prochain Noël peut-être... »
Ces paroles ne parurent pas réconforter la petite brune. Amusée, sa vieille tante Emma vint la chatouiller, se tordant sur le bord du canapé pour ne pas manquer sa proie. Emilie se pinçait les lèvres pour s’empêcher de rire mais cela ne fonctionna qu’un temps. Elle riait si fort que Lily déboula dans le salon, craignant qu’elle ne fut tombée tandis que son mari leva les yeux de son bouquin, un sourire aux lèvres. De son côté, Ulysse essaya de sauver sa cousine en détresse en implorant la pitié et en la tirant. On sut qu’Emma arrêta son attaque quand les rires firent place aux halètements fatigués de la petite. Elle en avait les larmes aux yeux et les joues toutes cramoisies. « A ton âge je supportais mieux les chatouilles ! » parada la blonde, désormais tirant plus sur le gris. « C’était toi qui les faisait, normal. Personne n’osait te défier. » répondit de l’autre bout du canapé Alizée. Soudain, un grognement animal se fit entendre de derrière le sofa. Clémence planta ses ongles à la manière d’un chat dans les épaules de la femme âgée. « Moi, Mac Fureur la tigresse sanguinaire, vengerait ma cousine ! » grogna-t-elle entre ses dents. Sa mère, Liberty, soupira sous l’encadrement de la porte, les mains sur les hanches. « Tu ne pourrais pas te calmer, Mac Fureur. Personne ne viendra à minuit si tu lui craches dessus. » Les paroles de sa mère ne firent qu’un tour dans sa tête qu’elle alla se blottir sur les genoux de son père, assis sur un gros fauteuil de cuir. Après cela, le temps poursuivit son cours et minuit sonna bien vite. Clémence s’était assoupie contre la poitrine de son père, Emilie jouait avec les doigts de sa mère qui regardait tendrement le berceau à côté d’elle, Emma et Alizée s’échangeaient d’un bout à l’autre du canapé la boîte de petits gâteaux confectionnée par Liberty, Edith entre elles faisait une natte à sa mère, Al pianotait sur son téléphone en souriant par moment, un filet de bave coulait du coin de la bouche de Nathanaël et son fils semblait s’amuser à l’essuyer.  Seul le coucou brisait ce calme silencieux. Emilie leva les yeux vers celui-ci qui disparut rapidement derrière ses deux portes. Dans l’embrasure de la porte, une ombre gigantesque se porta sur les murs du couloir. La petite brune écarquilla les yeux tout en tapotant les genoux de sa mère. Lily s’apprêta à lui demander ce qui n’allait pas mais l’ombre accrocha son regard. « Il est là… » souffla-t-elle dans un murmure tandis qu’elle se releva. Les personnes présentes dans la pièce n’eurent pas le temps de lever les yeux qu’un spectre blanc passa devant eux et rejoignit la mère de famille. Emma sourit en posant sa tête dans sa main. « Neal, contente de te revoir… . » Le fantôme lui adressa un regard attendri puis prit sa fille dans ses bras. « Joyeux Noël ! » L’ombre sur le couloir se déchira en plusieurs morceaux qui entrèrent dans le salon sans un bruit. Tous brillants sous le lustre, des fantômes ouvraient leur bras face à leur famille. L’un prit possession de la chaîne Hifi et un disque de noël commença à tourner. Alice, qui venait de descendre, écarquilla les yeux en trouvant son père Hercules dans les bras d’Alizée. Quand il croisa son regard, il sourit et abandonna sa sœur avec Lilas, sa mère. Le papier peint étant plutôt sombre, la transparence des fantômes était moins choquante et il était plus facile de remarquer les traits de leur visage et leur tenue. Lilas resplendissait dans une robe de la même couleur que sa peau. De l’autre côté du salon, Neal se pencha vers la petite Emilie qui le regardait de ses grands yeux bleus. « C’est le premier Noël qu’on se voit non ? » dit le fantôme en s’accroupissant devant elle, mais toujours en lévitation constante. « Vous êtes mon grand-père ? Je m’appelle Emilie Gildas je suis la fille de Lily Gildas je suis née à Oasis Spring le …» bégaya-t-elle. Ses paroles avaient été pensées à l’avance, c’était certain. « Oui, oui, le coupa Neal en riant, tu n’as pas besoin de me dire ça tout de suite. Reprend ta respiration, tu as le temps de me raconter tout ce soir. 
- Charlie n’a pas un peu grossi dans l’haut-delà ? » demanda Emma en pouffant.
Son frère lui répondit d’un haussement d’yeux amusé. Edith donna un coup de coude à sa mère, retenant un sourire derrière son pincement de lèvres. « Papa n’est pas là ce Noël ? » continua sa mère, visiblement insensible aux avertissements de sa fille. C’est alors qu’elle le vit en plein dialogue avec le mari de Lily, celui-ci s’affolant sur des passages de son roman qui ne l’avaient pas laissé insensible. Une lumière aveuglante brisa sa contemplation. Ce fut comme un éclair qui avait englobé le salon dans sa lumière. Quand celle-ci se tamisa, trois silhouettes gracieuses apparurent dans l’encadrement de la porte. Contrairement aux autres fantômes présents, leur corps lumineux était plus argenté et scintillant. « Maman ! » annonça Enrie tout en réveillant au passage sa fille. L’une d’elles se glissa vers lui dans un tintement de cristal, suivie par des fantômes plus petits à l’apparence canine. Les trois femmes dans la force de l'âge étaient si élégantes dans leurs bijoux et leur robe de fête qu’elles scintillaient dans l’œil de chacun. La plus grande fit tomber son écharpe de fourrure le long de ses avant-bras.  « Un biscuit de Noël, maman ? Liberty a suivi ta recette avec soin. » Un fantôme dodu s’avança vers elle avec la boîte de gâteaux, ses longs cheveux flottant gracieusement derrière elle. L’aînée observa l’assistance avec hauteur avant de sourire légèrement. « Avec plaisir, c’est Noël après tout. » Tous rirent de bon cœur avec Madeleine Gildas, l’aînée des trois sœurs fondatrices de la Dynastie. Derrière elle, une femme aussi impressionnante qu’elle fouilla dans son sac pour y dégoter un appareil photo d’époque. « Attention tout le monde, un sourire pour la caméra. » Charlotte Gildas rentra une mèche rebelle dans son chignon et se prépara à déclencher. Tous se dépêchèrent de rejoindre le milieu de la salle, placèrent les enfants devant ou dans leurs bras, enlacèrent leurs parents et prirent la pose. Quand Charlotte prit place après avoir déclenché le minuteur, l’appareil resta à la même place, flottant dans les airs comme si des mains invisibles le tenaient encore. 1. Clémence, figée dans les bras de son père, osa un regard vers la grande Elise qui se tenait à côté d’elle. Celle-ci tenait un chiot dans ses bras et, croisant le regard de sa petite-fille, lui adressa un clin d’œil. 2. Emilie serra plus fermement sa main dans celle de Neal qui gonfla le poitrail. 3. Alice, qui accourut avec la petite Holly dans les bras, se stoppa net devant l’esprit de famille argenté. Madeleine lui sourit tendrement et, après avoir reçu son approbation, prit l’enfant dans ses bras. Tous eurent une respiration au même moment, comme une seule et même personne. Clic !
 
BONUS :  Dans l’encadrement de la porte, une figure impressionnante tout de rouge vêtu s’éclaircit la voix après que le calme fut rompu. « Père Noël ! Enfin, vous nous rejoignez ! » s’écria Madeleine en levant les bras en ciel. « Oh, vous savez.  je ne suis plus depuis longtemps l’attraction principale à Noël chez les Gildas ! Je peux prendre mon temps ! » Elise pouffa derrière son gant. « Je ne crois même pas que les enfants vous ont vu, Monsieur. » souligna Charlotte avec un sourire triste. « Ne vous inquiétez pas. Profitez, mesdames. » Sur ce, il alla poser les cadeaux sous le sapin et s'en retournant dans son traîneau sans un mot. Quelques minutes plus tard, un visage s’illumina. « Oh, regardez ! Le Père Noël est passé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simsgildas.forumactif.org
Enrie Gildas
Admin
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 24/08/2014
Age : 13
Localisation : Willow Creek

Ton Sims
Traits de Caractères:
Parent de la génération précédente: Elise Gildas

MessageSujet: Re: Un Noël chez les Gildas   Sam 31 Déc 2016 - 15:13

ELIIIIIISE j'en pleure Crying or Very sad !!! C'est super
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un Noël chez les Gildas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dynastie Gildas :: Le salon familial :: Potins Quotidiens :: Spécial Fêtes-
Sauter vers: